David Lodge – Pensees secretes

Un, deux, trois, essai, essai… ce dictaphone a l’air de fonctionner, un Olympus Pearlcorder, j’avais acheté ça au duty-free de Heathrow avant de m’envoler vers… Où, déjà ? Me rappelle plus, peu importe… Le but de l’exercice consistant à enregistrer le plus fidèlement possible les pensées qui me traversent l’esprit en ce moment précis, à savoir, voyons voir – dix heures treize, le dimanche 23 fév… San Diego, voilà! Je l’avais acheté en partant pour ce colloque… Isabel Hotchkiss. Bien sûr, à San Diego, « La vue et le cerveau ». Fin des années 80. Isabel Hotchkiss. J’avais testé la portée du micro à condensateur… oui… Où en étais-je ? Mais justement, c’est tout l’intérêt, je n’en suis nulle part, je n’ai pas décidé de réfléchir à une question donnée, le but de l’exercice étant simplement d’enregistrer les pensées fortuites, s’il y a quoi que ce soit de fortuit, les pensées fortuites qui passent par la tête de quelqu’un, d’accord, la mienne, à un moment et en un lieu fortuits… enfin pas vraiment fortuits, je suis entré tout exprès ici ce matin parce que je savais qu’un dimanche il n’y aurait personne pour m’interrompre me distraire m’entendre, pas un chat, téléphones et fax inertes, ordinateurs et imprimantes en sommeil dans les bureaux et les labos. Le seul mécanisme à bourdonner tout seul, hormis ceux que contient le Cerveau, est notre machine à café dernier cri dans la salle commune où je me suis servi ce cappuccino à la cannelle et sans sucre avant d’entreprendre l’expérience, si le mot n’est pas excessif pour désigner ce que je suis en train de faire. Le but de l’exercice consistant à tenter de décrire la structure de… ou plutôt a fournir un spécimen, c’est-à-dire des données brutes sur la base desquelles on pourrait commencer à tenter de décrire la structure… ou à partir desquelles on pourrait induire la structure de la pensée. Ce courant de conscience, comme l’a appelée William James, qui l’a aussi comparée, assez joliment, à un oiseau fendant les airs, se perchant un instant et prenant à nouveau son vol, un vol ponctué par des instants de… A propos de ponctuation, comment va se débrouiller la personne chargée de taper ceci ? Il faudra que je donne des instructions : mettre des points de suspension pour une brève interruption, un point pour une pause plus marquée, changer de paragraphe si la pause se prolonge… Ce dictaphone est à déclenchement vocal automatique, il s’arrête si on se tait plus de trois secondes, mais il y aura des pauses d’une durée inférieure perceptibles dans le flux de la parole… Malin, ce petit gadget… Isabel Hotchkiss… A son insu, j’avais enregistré nos ébats au lit pour tester la portée du micro, en le laissant branché, posé sur la chaise avec mes vêtements… Elle jouissait bruyamment j’aime ça chez une femme… Carrie s’y refuse à moins que nous soyons seuls à la maison, ce qui n’arrive pas très… Bon sang je ne peux pas donner tout ça à transcrire… impossible… même si je l’expédiais à une agence sous un pseudonyme, avec un numéro de boîte postale à Cheltenham, ce serait trop risqué… même en le présentant comme une œuvre de fiction d’avant-garde, les noms… il y aurait toujours un danger que quelqu’un reconnaisse les noms et l’envoie à un magazine à scandales, ou même qu’il tente de me faire chanter, bordel, et je ne peux pas changer les noms tout en parlant, trop difficile, trop perturbant, je vais être obligé de transcrire ce foutu machin moi-même merde quelle corvée. Mais au fond ça vaut peut-être mieux, sinon je risquerais de censurer inconsciemment mes pensées à cause de la dactylo… Estce que je ne l’ai pas déjà fait, quand le nom d’Isabel Hotchkiss m’est revenu à l’esprit ? Après tout, la pensée est essentiellement intime, secrète, de sorte que le fait de savoir que cet enregistrement serait écouté par une autre personne, même une dactylo anonyme, fausserait complètement l’expérience, j’aurais dû y songer… Il est vrai que j’ai eu l’idée ce matin même, au lit, éveillé dans le noir trop tôt pour me lever, mal dormi, une petite indigestion, du reste je m’étais méfié de cette entrée que nous a servie Marianne, mousse de crabe ou Dieu sait quoi… Ce qu’il me faut, c’est un de ces logiciels de reconnaissance vocale qui vous permettent de dicter un texte à votre ordinateur… seulement je crois qu’il faut parler très lentement et distinctement, ce qui pourrait avoir un effet inhibant, annuler la spontanéité, s’il faut marquer un temps -comme – ça – entre – chaque – mot… Ça vaudrait peut-être quand même la peine de me renseigner là-dessus si je poursuis dans cette voie, on n’arrête pas d’améliorer les logiciels… Où en étais-je ? Tu n’as pas à te fixer sur quoi que ce soit, rappelle-toi. Mais c’était quelque chose d’intéressant… Isabel Hotchkiss, non, ce n’est pas ça… Même si elle était loin de manquer d’intérêt… Quelle somptueuse touffe de poils pubiens, noirs et drus, serrés, comme un nid, on n’aurait pas été surpris de découvrir un petit œuf tout blanc et chaud dans son vagin… James, oui, William James et le stream of consciousness, le courant de conscience ou l’oiseau de la conscience, voilà… Je me demande où peut se trouver cette microcassette, l’ai-je jamais effacée ? Il ne faudrait pas que Carrie tombe dessus… hier soir elle était en rogne contre moi à cause de la façon dont au dîner j’avais brutalisé – c’est le terme qu’elle a employé, moi j’aurais dit contesté, contré – Laetitia, Seigneur comment peut-on s’appeler Laetitia, Letty ne vaut guère mieux, Laetitia Glover quand elle a déballé ses conneries au sujet des Indiens et de la terre et du chef Seattle… Ce qu’il était bon ce steak de mercredi dernier… déraisonnable, bien sûr, de prendre un steak dans un restaurant, il s’agissait quand même du grill du Savoy, leur viande doit provenir des meilleurs troupeaux… mais c’est un peu idiot je l’avoue de renoncer au bœuf à la maison et d’en manger à l’extérieur… seulement à la maison on n’a pas la carte sous les yeux, pas de tentation… J’adore un steak bien juteux, saignant, quadrillé de brun en surface, rosé et rouge au cœur… [soupir]… La vache folle m’en a privé, voilà deux des grands plaisirs de l’existence, le bœuf de première qualité et la baise aventureuse, auxquels l’ESB et le sida ont lié la menace d’une mort atroce… quelle tristesse. Même la baise conjugale n’est plus pareille depuis que nous… je me demande, at-elle vraiment arrêté la pilule pour raison de santé, ou pour m’obliger à mettre une capote ? L’ennui, c’est que je ne peux pas lui dire que j’ai cessé de coucher avec d’autres femmes sans admettre… elle se doute sûrement que je ne lui ai pas été cent pour cent fidèle tout ce temps, mais nous avions un accord tacite, elle n’en ferait pas un drame pourvu qu’elle ne sache rien de précis… Lorsqu’elle m’a demandé ce que j’avais mangé au déjeuner avec l’éditeur j’ai répondu du poulet, elle a insisté : « Préparé comment ? », j’ai dit à la Kiev, ça m’est venu comme ça, un peu ringard pour le grill du Savoy, visiblement ce qu’a pensé Carrie, d’autant que mon haleine ne sentait pas l’ail, elle a dû s’imaginer que j’étais à Londres pour m’envoyer en l’air et que le déjeuner avec l’éditeur était un mensonge, c’est le comble… Dans un avenir végétarien les gens utiliseront peut-être l’adultère comme alibi pour consommer de la viande… ils baiseront au vu et au su de tous et après ils fileront en douce dans des clandés à bœuf où on leur louera à l’heure une salle à manger privée… Comment se fait-il que je me sois mis à penser au bœuf ? J’avais en tête William James et la conscience, ses comparaisons, du courant de conscience à l’oiseau qui vole et se perche… question intéressante : lorsqu’il se perche, est-ce que cela signifie un travail de réflexion ou son interruption, un temps pour rien, un trou ou plutôt un silence car l’activité du cerveau se poursuit constamment sans quoi on serait mort… en ce sens, « Je pense donc je suis » est tout à fait juste… Sûrement la phrase la plus connue de toute l’histoire de la philosophie. Quelle est celle qui vient en deuxième position, je me le demande ? Mais peut-on affirmer que la pensée est continuelle, inévitable, ou bien, comme l’a dit quelqu’un contre Descartes, que tantôt je pense, tantôt je suis… Je suis tout simplement sans penser, est-ce possible ? On change de verbe… Je suis tu suis il ou elle suit ils suivent, autrement dit ils continuent d’être, sans penser… mais penser, est-ce la même chose qu’être conscient, non… Il existe une distinction entre la conscience passive, laquelle perçoit, identifie, organise les signaux transmis par les sens, la conscience d’être en vie, en éveil, qui réagit aux stimuli… donc pas réellement passive… mais qui n’élabore pas de pensées cohérentes… Disons par conséquent qu’il n’y a pas distinction mais continuum, un continuum entre l’état quasi végétatif, laissons de côté la broussaille, la conscience est étrangère aux plantes même si le prince Charles bavarde volontiers avec ses géraniums… Posons qu’il y a continuum entre le simple traitement des données fournies par les sens, j’ai chaud j’ai froid ça me démange, à un bout, et à l’autre la réflexion philosophique abstraite, en passant par tous les degrés d’une infinité de stades intermédiaires… Oui mais il nous est possible de faire les deux simultanément, par exemple en conduisant une voiture, on peut conduire sans avoir conscience de ce qu’on fait, changer de vitesse, freiner, accélérer, etc., de façon tout à fait efficace et sans danger, tout en réfléchissant à quelque chose de totalement différent, à la conscience, par exemple. Alors que faut-il en conclure ?

.

Déclaration obligatoire : Comme vous le savez, nous faisons de notre mieux pour partager gratuitement avec vous une archive de dizaines de milliers de livres. Cependant, en raison des récentes augmentations de prix, nous éprouvons des difficultés à payer nos fournisseurs de services et nos éditeurs. Nous croyons sincèrement que le monde sera plus vivable grâce à ceux qui lisent des livres et nous voulons que ce service gratuit continue. Si vous pensez comme nous, faites un petit don à la famille "FORUM.PICTURES". Merci d'avance.

Télécharger Gratuit PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Telecharger Livre Gratuit ● PDF | Free Books PDF | PDF Kitap İndir | Baixar Livros Grátis em PDF | PDF Kostenlose eBooks | Descargar Libros Gratis PDF |