Daniel Lesueur – Justice de femme

Voici du papier, de l’encre… un porte-plume… Qu’est-ce qu’il vous faudrait bien encore ?… Est-ce tout ?… Aurez- vous assez chaud ici ?… Le valet de chambre veillera au feu. Mais, s’il ne venait pas à temps, sonnez, n’est-ce pas ? Puis, avec un mouvement vers la cheminée, un air de jolie sollicitude pour son hôte, Mme Mervil ajouta : — Le timbre est ici, à droite. Vous sonnerez deux fois, s’il vous plaît, pour le valet de chambre. Elle s’arrêta, promena tout autour de la pièce le regard de ses yeux jeunes et clairs, puis le ramena, interrogateur, sur Jean d’Espayrac. N’oubliait-elle pas quelque chose ? Il la contemplait silencieusement. Une rougeur très fine courut sur ce délicat visage féminin, d’une telle transparence de peau que la plus fugace vibration nerveuse y projetait un reflet. — Allons, adieu, reprit-elle, tendant sa main gantée, — car elle était tout habillée pour ses visites de l’après-midi. — Resterez-vous à dîner avec nous ? Attendrez-vous au moins Roger ? — Cela dépend, répondit M. d’Espayrac. J’aurais voulu lui montrer tout de suite mes corrections. Mais quand rentrera-t-il ? That is the question. Cette citation par trop usée semblait ici naturelle, sur les lèvres de ce poète mondain, connu pour l’intimité de son commerce intellectuel avec les auteurs d’outre-Manche. Jean d’Espayrac avait mis en vers très français des sentimentalités et des rêveries très anglaises. Il avait fait jouer — avec des demi-succès de politesse et de camaraderie — quelques-unes de ses « adaptations », sur différentes scènes de genre. Mais, depuis quelques semaines, il atteignait à la grande notoriété.

Le théâtre des Fantaisies-Lyriques faisait le maximum de recette chaque soir avec son Roman de la Princesse. Il n’était pas le seul auteur de cette jolie opérette. D’abord, et comme pour ses précédentes œuvres, il avait emprunté l’âme et les ailes de sa pièce au génie anglo-saxon. La Princesse de Tennyson lui avait fourni le sujet, avec les plus charmants détails. En outre, les mélodies du compositeur Roger Mervil faisaient de ce gracieux spectacle un véritable enchantement. Elles étaient, ces mélodies, d’une limpidité, d’une légèreté, d’une tendresse dans leur mélancolie et d’un imprévu dans leur grâce, qui surprirent, saisirent, troublèrent jusqu’en leurs plus inertes fibres les petites âmes rétives des Parisiennes, avant que celles-ci eussent le temps de se demander si c’était là de la musique savante et de la musique de demain. Le « chic » n’eut rien à voir dans le plaisir ni dans l’attendrissement des spectatrices, et elles furent émues sans savoir si leur émotion était à la mode. Le Roman de la Princesse était le plus vif succès de théâtre de cette fin d’année. A Roger Mervil, déjà presque célèbre, il apportait un triomphe qui promettait de se traduire, cette fois-ci, — la première, — par de très grosses sommes d’argent. A Jean d’Espayrac, déjà riche, il conférait pour de bon le titre de poète, cc Enfin, » disait celui-ci avec un soupir de satisfaction comique, « je ne serai plus : ce jeune homme qui conduit si divinement les cotillons et qui fait si bien les vers !… » M.

d’Espayrac avait vingt-six ans. Sa taille d’athlète, sa grosse moustache fauve, la hardiesse grave de ses yeux bleu sombre, la décision de ses gestes sobres, le faisaient paraître plus proche de la trentaine. Ce n’était pas la délicatesse de son tempérament, ni les nostalgies de sa pensée, qui forçaient sa main, si robuste en dépit de la finesse de race, à tracer sur du papier blanc de petites lignes noires avec une rime au bout. Non, cet heureux homme faisait des vers comme il faisait des armes : pour laisser déborder au dehors le trop abondant flot de vie qui roulait dans ses souples muscles ainsi que dans son tranquille cerveau. Cela lui venait tout seul, voilà pourquoi il écrivait. Cette facilité, jointe à l’exubérance de ce que Montaigne eût appelé « ses esprits animaux », risquait de le porter à choisir, en fait de muse, quelque belle fille bien débraillée, ayant son franc parler gaulois. De fait, si d’Espayrac fût né dans le peuple, cette fin de siècle eût possédé en lui son petit Villon, avec la potence en moins, ou son Scarron grandi, avec les deux jambes en plus. Mais Jean était l’unique héritier d’une famille très authentiquement noble. Son nom sonore était bien à lui; ce n’était pas un pseudonyme à fracas, ainsi que les bons petits confrères voulurent d’abord le croire et le faire croire au lendemain de son succès. Le milieu où il avait été élevé, c’était — dans le faubourg Saint-Germain — un vieil hôtel imposant et maussade, où l’atmosphère du siècle semblait ne pas pénétrer, et où il avait grandi entre une mère pieuse et un précepteur ecclésiastique.

Cet hôtel venait d’être démoli pour le prolongement du boulevard Saint-Germain, et lorsqu’il se représentait maintenant la morne demeure, Jean rendait grâce à la République de l’avoir exproprié. D’autant plus que sa mère, Mme d’Espayrac, étant morte avant la décision du Conseil municipal, n’avait pas eu le cœur secoué par les pénibles soubresauts dont l’eût torturée, même à distance, la pioche des démolisseurs. Jean d’Espayrac devait donc à sa naissance, à son éducation, à son horreur pour toute vulgarité, de composer des vers élégants et d’une fine sonorité de cristal, au lieu de chansons à boire et de sensuelles ballades. Mais, comme il se fermait ainsi volontairement la chaude source d’inspiration palpitante au fond de lui dans son cœur, dans ses entrailles, et qu’il n’en trouvait pas une autre dans son cerveau peu coutumier d’abstractions, il empruntait au dehors. Il se livrait à des adaptations de poètes anglais; il attendait le soutien de la musique, qui soulevait et portait quelque temps ses frêles rimes. D’ailleurs Jean n’avait pas l’ombre de prétention pour ses œuvres; il ne se croyait pas doué de génie. Cette modestie était peut-être la meilleure de ses qualités littéraires. Simone Mervil, la jeune femme de son collaborateur, — elle qui commençait à le connaître, lui dit en souriant : — Ainsi, c’est donc bien vrai ? Vous êtes venu pour travailler ? — Mon Dieu, oui, madame… Et je suis bien fâché de ne pas rencontrer Mervil. J’avais des variantes à lui soumettre. — Des variantes?… Pourquoi ?… La pièce marche si bien ! On applaudit tout.

— Oui… la musique… dit gracieusement d’Espayrac. Il expliqua que, dans les airs vifs ou passionnés, l’accord entre la mélodie et les paroles était généralement très juste, très complet, mais que, dans les phrases tendres ou mélancoliques, certaines sécheresses d’expression contrastaient encore avec la douloureuse douceur du chant. — Je voudrais bien, dit-il, effacer de pareilles taches. Voyez-vous, j’en ai des remords, quand je songe que l’on me fait partager l’énorme succès de Mervil. Simone fut touchée. Elle était si fière de son mari ! D’ailleurs cette générosité de langage était, à ce qu’elle avait cru remarquer, peu fréquente chez les artistes. Leur mépris mutuel s’étale d’une façon qui, malgré l’habitude, lui paraissait toujours choquante. Roger lui-même avait des crises de personnalité féroce, dont l’injustice et la mesquinerie la gênaient. — Il y a, continuait Jean d’Espayrac, un passage qui me désespère. C’est la célèbre romance: « Tears, idle tears… » dont votre mari a fait un pur petit chef-d’œuvre musical.

— Mais, dit Simone, vos paroles sont délicieuses. Et elle se mit à fredonner : « D’où venez-vous, larmes folles, Vaines larmes, dans mes yeux ? » — Et la fin, comme c’est joli : « Nous venons, ô cœur blessé ! Des longs jours de ton passé. » — Oui… le commencement, la fin… reprit d’Espayrac avec un air piteux. Mais c’est le milieu qui ne va pas. Il y a des mots très mauvais. Ah ! cette langue française est détestable pour le chant ! Et, rageur, il récita : « D’où venez-vous, larmes folles, Vaines larmes, dans mes yeux ? L’automne, tiède et joyeux, Luit au fond des calmes cieux, Sur les grands champs bénévoles. D’où venez-vous, larmes folles ? . — Nous venons, ô cœur blessé ! Des longs jours de ton passé. » — … « Les grands champs bénévoles… » Pour : « The happy autumn-fields » . D’abord, c’est idiot.

Ensuite l’actrice qui chante ça en gagne une crampe dans la mâchoire. Simone éclata de rire : — Pourquoi l’avez-vous mis alors ? … Jean répondit avec un désespoir comique : — Parce que je n’ai pas trouvé autre chose. — Tenez, dit Simone, rassemblant des feuilles de papier qui jonchaient l’immense bureau de son mari. Et tenez, répéta-t-elle, allant en prendre d’autres sur le piano à queue. Voilà comment fait Roger quand il ne trouve pas tout de suite. Les pages, rayées par les lignes des portées et constellées d’hiéroglyphes, étaient en outre balafrées de ratures, égratignées de furieux coups de plume, écartelées de grands traits en croix, destructifs. D’Espayrac, en y jetant les yeux, crut voir les prunelles en feu de Mervil flamber dans la pâleur de son visage trop long, trop fin, sous le front déjà dégarni ; il vit la haute taille, trop grêle, se voûter un peu ; il songea que le musicien avait au moins douze ans de plus que lui-même… Et, relevant son regard sur la jeune femme qui se tenait à son côté : — Hein ? fit-il, avec une gaieté un peu ironique sur sa physionomie de mâle superbe, ça ne doit pas faire un mari commode. S’il vous traite comme ses partitions… — Ah ! s’écria Simone avec chaleur, c’est le meilleur des hommes. — Au fond, tout au fond, n’est-ce pas ? Mais à la surface… un peu rugueux, un peu brusque. Et puis… — Et puis ?… répéta-t-elle ouvrant tout grands ses limpides yeux de blonde.

D’Espayrac ricana légèrement, sans répondre. — Que vous êtes méchant, monsieur d’Espayrac ! s’écria Simone avec une jolie intonation de petite fille fâchée. Je vous comprends bien, allez ! Vous voulez me faire croire que Roger me préfère la musique. Cette fois, le jeune homme eut un rire franc, prolongé en une roulade joyeuse. Ce n’était pas la première fois que Simone entendait ce beau rire clair, ce rire perlé comme un rire de femme, qui éclatait parfois, non sans bizarrerie mais avec un singulier charme, sur ces lèvres moustachues de mousquetaire, entre ces dents étincelantes de bel animal vigoureux et sain, ces fortes dents blanches aiguisées par tous les appétits. Elle rit elle-même. — La musique, je n’en suis pas jalouse. J’aime cent fois mieux l’avoir pour rivale que… — Que… des femmes ? Un petit air belliqueux anima soudain la charmante figure de Simone. Ses sourcils se froncèrent, son regard pétilla, son petit menton se releva, comme par défi. — Oh ! oh ! dit Jean, très amusé, très piqué de curiosité.

Ce serait si grave que cela ? Et, voyons, qu’est-ce que vous lui feriez, s’il vous trompait ? — Des choses terribles. — Vous le tueriez ? — Oh ! non, je l’aime trop. — Vous tueriez la femme ? — Pouah ! Oh! non. Ça me dégoûterait comme d’écraser un crapaud. Puis ce serait lui faire trop d’honneur, à elle. — Alors, vous… Vous lui rendriez la pareille ?… Vous le tromperiez à votre tour ? — Tout de suite !… Oh! je voudrais qu’il souffrît juste de la façon dont il m’aurait fait souffrir. — Bravo ! dit Jean. Vous êtes dans les bons principes : Trompe-moi, je te trompe. Pas de dénouement sanglant. Et tout le monde y gagne.

Je souhaite pour mes contemporains que Mervil vous fasse des traits. — C’est très laid, ce que vous dites là, monsieur d’Espayrac. Adieu, je me sauve, Roger n’approuverait pas que je cause plus longtemps avec un mauvais sujet comme vous. D’ailleurs, j’ai un tas de visites, je vais être en retard… Oh ! vous ne savez pas ?… — Quoi donc ? — J’étrenne mon coupé, le coupé que Roger devait me donner dès qu’il aurait une pièce à succès. — Parbleu, je sais bien, dit Jean. C’est moi qui l’ai commandé. Un coupé bleu, à filets orange, modèle anglais, caisse profonde. Et là dedans, vous avez la glace, la petite pendule… Une autre pendule devant le cocher, sur le siège… Enfin, je crois que rien n’y manque. — Comment ?… — Mais oui… Est-ce que ce pauvre Mervil s’entend à ces choses-là ? Il m’a demandé conseil. Je l’ai conduit chez mon fabricant.

— Ah ! dit Simone, dont la joie semblait un peu tombée. Alors, je vous remercie deux fois, car déjà c’était grâce au Roman de la Princesse… L’animation de la jeune femme s’était subitement éteinte. Elle cherchait ses mots. Un geste de Jean suspendit sa phrase. Lui serrant la main, elle le quitta. Sa disparition eut la promptitude d’une retraite; et, quand la portière fut retombée derrière elle, M. d’Espayrac resta un instant debout, étonné, indécis. Puis, comme il était venu pour proposer à Mervil des corrections, et qu’il voulait les rédiger tandis qu’il croyait les tenir, il s’assit devant la table de travail, dans le grand atelier studieux ou le compositeur s’isolait d’habitude, sous les combles de son petit hôtel. Mais Jean ne se mit pas tout de suite à écrire. « Qu’est-ce qui l’a fâchée ? » pensa-t-il.

« Est-ce que ça la gêne que je lui aie choisi son coupé ? Quelle drôle de petite femme ! Je voudrais savoir ce qu’il y a au fond de cette petite femme-là. »

.

Télécharger le PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Telecharger Livre Gratuit ● PDF © 2021