Adolphe Rette – Au pays des lys noirs – Souvenirs de jeunesse et dage mur

Il y a quelque vingt ans, une brise chargée d’occultisme souffla sur la littérature. C’était l’époque où les symbolistes inauguraient une réaction contre le matérialisme pesant dont Zola, ses émules et ses disciples pavaient leurs livres et leurs manifestes. Chez eux l’on ne parlait que de documents humains et de tranches de vie. On niait l’âme, on bafouait tout spiritualisme. On définissait l’homme : une fédération de cellules agglomérées par le hasard, mue exclusivement par ses instincts et ses appétits, secouée par des névroses, courbée sous les lois implacables d’un déterminisme sans commencement ni fin. Flottant sur le tout, un noir pessimisme qui disait volontiers : – La vie est une souffrance entre deux néants. Sous couleur d’études de mœurs, qu’il s’agit de peindre la bourgeoisie ou le monde des arts, les ouvriers ou les paysans, on n’alignait que des spécimens de tératologie sociale : des pourceaux et des ivrognes, des souteneurs et des aigrefins, des demi-fous sanguinaires et des bandits, des femmes détraquées ou mollement stupides, des prêtres sentimentaux et sacrilèges. Bref, un Guignol sinistre où se démenaient des marionnettes impulsives dont la Nature aveugle tirait les ficelles, en des décors de villes et de campagnes barbouillés d’un balai fangeux. Puis, quelles interminables descriptions ! Et quels inventaires de marchands de bric-à-brac de qui le cerveau se fêla pour avoir absorbé trop de manuels de vulgarisation scientifique ! Pour tirer l’art de ce cloaque, maints poètes firent de loyaux efforts. Ils se proclamèrent idéalistes, affirmèrent l’âme et ses tendances à une beauté supérieure. Ils opposèrent, en leurs strophes, des tableaux de légende stylisés aux photographies malpropres du naturalisme. Malheureusement, ils tombèrent dans l’excès contraire. Tout sens du réel se perdit ; ce ne furent plus que chevaliers mystérieux pourfendant des licornes et des guivres dans des paysages irréels, princesses hiératiques, psalmodiant des énigmes du haut d’une tour ou promenant, avec langueur, des troubles mélancolies dans des parcs aux floraisons de chimère. Les paons et les cygnes, promus au rang d’animaux distingués, pullulèrent dans les poèmes. Il se fit une effrayante consommation du mot songeet du mot mystère.

Ce moyen âge de pacotille n’aurait pas tiré beaucoup à conséquence : c’était une mode littéraire comme il y en eut tant d’autres, en faveur aujourd’hui, oubliée demain. Mais le mouvement ne tarda pas à dévier d’une façon plus grave. Les théories anarchistes, préconisant l’individualisme à outrance, firent invasion dans la littérature. Elles se mêlèrent à la religiosité vague, qui sollicitait un grand nombre d’esprits pour produire les plus singuliers résultats. On s’écria d’abord : – plus de règles astreignantes, plus de prosodie traditionnelle entravant l’inspiration ; que chacun se forge son instrument d’après le génie latent qui bouillonne en lui. On ajouta bientôt : – plus de lois, plus de soumission aux préjugés sociaux ; que le Moi s’affirme sans limites, que le culte de la Beauté soit notre seul objectif, et nous deviendrons pareils à des dieux ! En même temps, on se déclarait catholique – mais d’un catholicisme spécial qui dédaignait, comme vulgaires, les préceptes de l’Évangile, la fréquentation des sacrements et la pratique des vertus chrétiennes. On rechercha dans les cérémonies du culte des émotions d’ordre purement esthétique. On frelata de sensualité morbide la prière et les rites. Tel qui mit en vers les litanies de la Vierge offrit, quelques pages plus loin, des stances luxurieuses à l’Anadyomène. Tel autre écrivit, de la même encre, le panégyrique de saint François d’Assises et celui de Ravachol.

Une Bradamante du socialisme publia de soi-disant « pages mystiques » où Jésus était exalté comme le précurseur de ces Slavo-Mongols délirants : Bakounine et Tolstoï. M. Joséphin Péladan fonda la Rose-Croix esthétique et poursuivit la création d’un ordre de Mages qui devaient prendre place, dans la hiérarchie de l’Église, au-dessus du clergé. Les prêtres ne seraient plus que des fonctionnaires préposés à la distribution des sacrements. Les Mages promulgueraient, pour les initiés, les sens ésotérique, et supérieur selon la Gnose, des enseignements de l’Église. Plus tard, à la suite des mésaventures qui ne nous regardent pas, M. Péladan écrivit au Pape pour le sommer, au nom du Beauséant, de sanctionner le divorce. Rome ne répondit pas – comme on pouvait s’y attendre. Et le Sâr-Mage sortit de l’Église en faisant claquer la porte. Chez les catholiques quelques-uns espéraient que, peut-être, un renouveau religieux naîtrait de ces divagations variées.

Il n’en fut rien. Seulement, une phraséologie hétéroclite régna dans les livres et dans les discours. De bons jeunes gens – M. Henry Bérenger, qui depuis… en était – projetèrent d’instaurer un christianisme anodin et libérâtre où, pourvu que l’Église se tînt au second plan, on lui fournirait des recrues. Pas mal de bière fut ingurgitée à cette intention, car il ne faut pas oublier que ces néophytes se réunissaient sous ce vocable imprévu : le Bock idéal (M. l’abbé Fonssagrive, aumônier du cercle catholique du Luxembourg, m’a fourni des détails bien amusants sur cette tentative. Mais ce n’est pas mon objet actuel de les publier). Ailleurs, les vers comme la prose s’encombrèrent de termes liturgiques, pris souvent à rebours du sens véritable. Surtout il se fit une dépense incroyable de lys. Oui, les lys – symboles gracieux de la virginité, corolles chères à la Madone immaculée – foisonnèrent, parmi toutes sortes d’orchidées équivoques, dans les jardins du Parnasse.

Certains, outrant la métamorphose, se comparaient, eux-mêmes, à des lys. Stéphane Mallarmé, qui, pour l’ahurissement dévot de quelques-uns, publiait alors ses charades sans solution, fut le premier, je crois, à donner, dans un poème, par hasard un peu moins nébuleux que les autres, une signification scabreuse au lys. Depuis, l’on alla beaucoup plus loin – inutile de dire jusqu’où. Il suffira de mentionner qu’un observateur qui analysait, avec une curiosité quelque peu dégoûtée, ces profanations, qualifia, d’une façon mordante, les esthètes en pantalon collant et les toquées à bandeaux plats et à robes extravagantes dont se bariolait ce carnaval. – Ce sont peut-être des lys, dit-il, – mais des lys noirs. De là le titre de ce livre. * * * * * La Gnose, toujours vivante et agissante depuis le premier siècle de l’Église, guettait l’heure favorable pour semer son ivraie dans un terrain aussi propice à son développement. Avoir fait fusionner dans les Loges la postérité d’Hiram avec celle d’Homais et celle de Renan, c’était bien. S’insinuer dans la littérature pour y conquérir une influence et des adeptes, ce serait mieux. Elle n’y manqua pas.

Ce sont quelques-uns de mes souvenirs de cette période que je rapporte ici. Un des faits caractéristiques de cette époque troublée, c’est que, non seulement dans la littérature, mais dans toute la société, faute d’une doctrine traditionnelle, le sentiment religieux s’égara hors de la voie unique où il n’y avait que l’Église pour avoir mission de le maintenir. Toutes les erreurs et toutes les hérésies reparurent. On se détournait de Dieu et de sa Révélation. Mais plusieurs se réclamèrent des divinités du paganisme grec. Ce morceau de rhétorique papelarde : la prière sur l’Acropole, fut leur Credo. D’autres annonçaient la résurrection du Grand Pan ou adoraient la nature sous la forme d’un vague culte rendu à Isis. Valentin et son Plérôme retrouvèrent des sectateurs. Les théurgies de Porphyre et de Jamblique furent remises en lumière. Des âmes se figèrent dans le Bouddhisme.

Il y eut des manichéens qui vantèrent les deux principes et qui offrirent, de préférence, leur encens au dieu noir. Mais le plus grand nombre oscillait d’une croyance à l’autre, mu par l’intuition que les hypothèses, données arrogamment par la science matérialiste pour des certitudes, ne suffisaient pas à expliquer l’énigme du monde. Tous, mais ceux-là surtout qui cherchaient, avec anxiété, une conviction, devinrent des proies empressées à se prendre aux gluaux de l’occultisme. Deux livres marquèrent cette préoccupation des choses invisibles. L’un, de M. Jules Bois, s’intitulait : les Petites Religions de Paris. C’était une enquête assez bien faite sur les cultes hétérodoxes qui se pratiquaient çà et là dans la Grand’Ville. Pour la première fois, si je ne me trompe, le mot l’Au-delà, qui fit fortune depuis, y était employé. On remarquera, en passant, qu’il dut sans doute sa vogue à son imprécision. En effet, il semblait propre à remplacer le seul mot qui eût convenu, celui de Surnaturel.

Mais voilà : ce dernier paraissait trop net ; il était clair et ne souffrait pas l’équivoque. Il impliquait, en somme, l’aveu que quelqu’un existait en dehors et au-dessus de la nature telle que l’orgueil humain l’acceptait. À ce titre, il gênait, d’autant que, depuis plus d’un siècle, la majorité des savants ne cessait d’enseigner que le Surnaturel n’existe pas. L’Au-delà, au contraire, cela demeurait vague ; cela pouvait signifier un ensemble de lois naturelles, encore peu spécifiées et dont l’action ne tombait pas, d’une façon immédiate, sous les sens. On voulait bien excursionner à travers le mystère. Mais on préférait ne pas courir le risque d’y rencontrer ce Dieu du christianisme auquel on s’efforçait de ne plus penser. C’est ainsi que Celui qui ne veut pas servir mit si facilement sa griffe sur des âmes avides de plonger dans l’Inconnu. Ce terme, incorrect mais élastique, l’Au-delà, désigna donc, à la satisfaction générale, la région confuse où tâtonnèrent, inconscients du danger qu’ils couraient, les blasés de la pensée qui cherchaient un frisson inédit, les myopes du spiritisme, qui prennent pour des anges de lumière des esprits ténébreux venus de très bas, et les naïfs qui s’imaginaient ne céder qu’à une curiosité d’ordre scientifique. Le vieux serpent avait donc réussi, une fois de plus, à se dissimuler dans cet occultisme qu’on peut parfaitement traduire par cachette. Dès lors, ses préceptes, captieux en leur obscurité, infestèrent, à la faveur de maintes équivoques, les intelligences et les sensibilités.

Car, comme le dit la scolastique : Obscuritate rerum verba saepe obscurantur. L’autre livre, ce fut celui d’Huysmans : Là-bas. Il ne s’agissait plus ici d’un reportage plus ou moins sceptique et rédigé avec le souci de ne froisser personne. L’ineptie orgueilleuse du matérialisme était nettement dénoncée. Au point de vue de l’histoire comme au point de vue de l’expérience personnelle, le Surnaturel démoniaque était affirmé, défini, étudié avec minutie, décrit en ses manifestations contemporaines. On avait sous les yeux la relation véridique d’un voyage au pays du maléfice et du sacrilège. Un style âpre, brutal, imprégné de couleurs violentes, évocatoire au possible en son incorrection, donnait un intense relief aux découvertes de l’explorateur. Le retentissement fut énorme. Mais, résultat qu’on aurait pu prévoir, les snobs de l’occultisme comme les chercheurs de sensations extrêmes n’y trouvèrent qu’un motif de s’affriander aux messes noires et aux ordures du succubat. Huysmans, il est vrai, opposait, d’une plume déjà presque catholique, les blanches splendeurs de la Passion aux flamboiements fuligineux des tumultes diaboliques.

Peut-être aussi avait-il cru mettre en garde contre les périls encourus par ceux qui tenteraient d’aussi sombres expériences. Quoi qu’il en soit, son livre ne fit guère qu’accroître la vogue de l’occultisme. Je me trompe, car je sais au moins une conversion déterminée par la lecture de Là-bas. Le converti me disait il y a trois ans : « Huysmans me fit croire à l’existence du Démon. J’en conclus : si celui-là existe, l’Autre doit exister également. Je priai – et, par un détour fort imprévu, la Grâce me toucha ». De fait, c’est aujourd’hui un excellent catholique. * * * * * Voici maintenant de quelle façon je fus, moi-même, porté à expérimenter les ivresses troubles et les dangers de l’occultisme. Par nature, je n’y étais guère enclin. Je ne fus tout d’abord pas de ceux qui répétaient passionnément les vers de Baudelaire : Nous nous embarquerons sur la mer des ténèbres Avec le cœur joyeux d’un jeune passager ; Entendez-vous ces voix charmantes et funèbres Qui chantent : – par ici, vous qui voulez manger Le lotus parfumé, c’est ici qu’on vendange Les fruits miraculeux dont votre cœur a faim, Venez vous enivrer de la douceur étrange De cette fin d’après-midi qui n’aura pas de fin… Mais dénué de toute éducation religieuse, attiré, comme la plus grande partie de ma génération, par ce qui avait couleur de mystère et d’imprévu, quand l’occultisme envahit la littérature, je fus entraîné après bien d’autres.

Lorsque, par suite de circonstances providentielles, je me ressaisis, le mal était fait. Et c’est pourquoi, certes, durant des années, je m’acharnai à miner, avec une morne fureur, le roc inébranlable sur lequel Dieu a bâti son Église. Nous avions fondé diverses revues : l’Ermitage, la Plume, Le Mercure de France où les plus militants de la jeunesse littéraire ferraillaient pour le triomphe de l’esthétique symboliste. Beaucoup sont morts de ces chevaucheurs de chimères. D’autres ont désarmé de bonne heure et sont devenus épiciers ou magistrats. Deux adoptèrent la profession d’académicien : l’un, tel qu’en songe, s’assit au bout du pont des Arts ; l’autre, récemment défunt, installa ses sourires pincés chez M. de Goncourt. Certains tournèrent mal. Celui-là, par exemple, qui, se reconnaissant fils de Lilith et de Pécuchet, s’abreuve d’un horrible mélange de Quinton et de Nietzsche, brode d’antichristianisme bêta des pornographies gourmées et publie, deux fois par mois, les Lettres d’un Satyre. La Plume réunissait, chaque samedi, dans le sous-sol d’un café de la rive gauche, bon nombre de ces poètes.

Le local consistait en une cave assez exiguë où l’on s’entassait parfois deux cents. Là, se succédaient, sur une estrade flanquée d’un piano fourbu, toutes sortes de personnages plus ou moins notoires, plus ou moins talentueux. Des compagnons anarchistes préconisaient, en des couplets à la dynamite, le chambardement universel. Des néophytes du lyrisme psalmodiaient, en chevrotant d’émotion, leurs premiers vers. Des chansonniers, descendus de Montmartre, accommodaient le régime à la vinaigrette. Il y avait des mystiques maigriots qui se disaient fils des anges et portaient leur petit chapeau rond comme une auréole. Il y avait des néo-païens qui invoquaient les Muses et ne juraient que par Dzeus et Aphrodite. L’un est devenu commissaire de police ; les autres sont morts ou tout comme. Il y avait de griffonnants Américains ou Flamands blondasses venus de Bruges-la-Morte ou de Chicago-les-cochons dans le but imprévu de réformer la prosodie française. Il y avait… Que n’y avait-il pas ? Ce souterrain, embrumé par les vapeurs bleues essoufflées des pipes et des cigarettes, c’était une cuve où bouillonnaient les éléments les plus disparates : de la jeunesse exubérante, et plus naïve qu’on n’aurait pu le croire à entendre le ton des conversations ; du snobisme émoustillé par toute extravagance nouvelle ; de l’esprit de révolte contre les préjugés, contre les conventions sociales, contre les formules de l’art officiel ; de la bohême insouciante ; un grand débraillement de mœurs ; deux ou trois ratés, verts d’envie et de rancune ; des écrivains et des peintres de valeur qui, jaillis de cette étrange caverne, marquent à présent, dans les lettres et dans les arts.

Ce qui soulignait le caractère hétéroclite de ces réunions, c’est que des célébrités consacrées par le succès s’y risquaient quelquefois : Coppée, Heredia, Puvis de Chavannes, d’autres encore. Accueillis avec courtoisie, ils laissaient bientôt de côté l’air gêné qui les faisait d’abord ressembler à des dompteurs novices pénétrant à regret dans une cage habitée par des fauves. Ils se mettaient à l’unisson de la gaîté générale.

.

Télécharger le PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


PDF Kitap İndir | Free Books PDF

Telecharger Livre Gratuit ● PDF © 2021