Abraham Leon – La conception materialiste de la question juive

L’étude scientifique de l’histoire juive n’a pas encore dépassé le stade de l’improvisation idéaliste. Tandis que le champ de l’histoire générale a été conquis, en grande partie, par la conception matérialiste, tandis que les historiens sérieux se sont hardiment engagés dans la voie de Marx, l’histoire juive demeure le terrain de prédilection des «chercheurs de dieu» de toute espèce. C’est un des seuls domaines historiques où les préjugés idéalistes sont parvenus à s’imposer et à se maintenir dans une mesure aussi étendue. Que de papier n’a-t-on pas noirci pour célébrer le fameux « miracle juif » ! « Étrange spectacle que celui de ces hommes qui, pour conserver le dépôt sacré de leur foi, bravaient les persécutions et le martyre », dit Bédarride [1] . La conservation des Juifs est expliquée par tous les historiens comme le résultat de la fidélité qu’ils ont témoigné à travers des siècles à leur religion ou à leur nationalité. Les divergences ne commencent à se manifester entre eux que lorsqu’il s’agit de définir le « but » pour lequel les Juifs se sont conservés, la raison de leur résistance à l’assimilation. Certains, se plaçant au point de vue religieux, parlent du « dépôt sacré de leur foi » ; d’autres, tels Doubnov, défendent la théorie de l’« attachement à l’idée nationale ». « Il faut chercher les causes du phénomène historique de la conservation du peuple juif dans sa force spirituelle nationale, dans sa base éthique et dans le principe monothéiste », dit l’Allgemeine Enzyklopedie qui parvient ainsi à concilier les divers points de vue des historiens idéalistes [2] . Mais s’il est possible de concilier les théories idéalistes, il serait vain de vouloir trouver un terrain de conciliation entre ces mêmes théories et les règles élémentaires de la science historique. Celle-ci doit rejeter catégoriquement l’erreur essentielle de toutes les écoles idéalistes, qui consiste à placer le problème cardinal de l’histoire juive, celui du maintien du judaïsme, sous le signe du libre arbitre. Seule l’étude du rôle économique des Juifs peut contribuer à éclaircir les causes du « miracle juif ». Étudier l’évolution de ce problème ne présente pas seulement un intérêt académique. Sans une étude approfondie de l’histoire juive, il est difficile de comprendre la question juive à l’époque actuelle. La situation des Juifs au XX° siècle se rattache intimement à leur passé historique. Tout état social est un stade du processus social.

L’être n’est qu’un moment du devenir. Pour pouvoir analyser la question juive dans son état de développement actuel, il est indispensable d’en connaître les racines historiques. Dans le domaine de l’histoire juive, comme dans le domaine de l’histoire générale, la pensée géniale de Marx indique la voie à suivre. « Ne cherchons pas le secret du Juif dans sa religion, mais cherchons le secret de la religion dans le Juif réel. » Marx remet ainsi la question juive sur les pieds. Il ne faut pas partir de la religion pour expliquer l’histoire juive ; au contraire, le maintien de la religion ou de la nationalité juives ne doit être expliqué que par le « Juif réel », c’est-à-dire par le Juif dans son rôle économique et social. La conservation des Juifs n’a rien de miraculeux. « Le judaïsme s’est conservé, non pas malgré l’histoire, mais par l’histoire [3] . » Et c’est précisément par l’étude de la fonction historique du judaïsme qu’on peut découvrir le « secret » de son maintien dans l’histoire. Les conflits entre le judaïsme et la société chrétienne, sous leur apparence religieuse, sont en réalité des conflits sociaux.

« La contradiction entre l’État et une religion déterminée, le judaïsme par exemple, nous lui donnons une expression humaine en en faisant la contradiction entre l’État et des éléments laïques déterminés [4] . » Le schéma général de l’histoire juive se présente à peu près ainsi d’après l’école idéaliste prédominante (à diverses nuances près) : jusqu’à la destruction de Jérusalem, éventuellement jusqu’à la rébellion de Bar Kokheba, la nation juive ne se distingue en rien d’autres nations normalement constituées, telles les nations romaine ou grecque. Les guerres entre les Romains et les Juifs ont pour résultat de disperser la nation juive aux quatre coins du monde. Dans la dispersion, les Juifs opposent une résistance farouche à l’assimilation nationale et religieuse. Le christianisme ne trouve pas, sur son chemin, d’adversaires plus acharnés et, malgré tous ses efforts, ne parvient pas à les convertir. La chute de l’Empire romain accentue l’isolement du judaïsme qui constitue, après le triomphe complet du christianisme à l’Occident, le seul élément hétérodoxe. Les Juifs de la Dispersion, à l’époque des invasions barbares, ne constituent nullement un groupe social homogène. Au contraire, l’agriculture, l’industrie, le commerce sont largement représentés parmi eux. Ce sont les persécutions religieuses continuelles qui les obligent à se cantonner de plus en plus dans le commerce et l’usure. Les croisades, par le fanatisme religieux qu’elles ont suscité, accentuent violemment cette évolution qui transforme les Juifs en usuriers et aboutit à leur cantonnement dans les Ghettos.

Bien entendu, la haine contre les Juifs est aussi alimentée par leur rôle économique. Mais les historiens n’attribuent à ce facteur qu’une importance secondaire. Cette situation du judaïsme se maintient jusqu’à la Révolution française qui détruit les barrières que l’oppression religieuse avait dressées devant les Juifs. Plusieurs faits importants s’inscrivent en faux contre ce schéma : 1° La dispersion des Juifs ne date nullement de la chute de Jérusalem. Plusieurs siècles avant cet événement, la grande majorité des Juifs était déjà disséminée aux quatre coins du monde. « Ce qui est certain, c’est que bien avant la chute de Jérusalem, plus des trois quarts des Juifs n’habitaient plus la Palestine [5] . » Le royaume juif de Palestine avait pour les larges masses juives dispersées dans l’Empire grec puis dans l’Empire romain, une importance tout à fait secondaire. Leur lien avec la « mère-patrie » ne se manifestait que lors des pèlerinages religieux à Jérusalem qui jouait un rôle semblable à celui de La Mecque pour les Musulmans. Un peu avant la chute de Jérusalem, le roi Agrippa disait : « Il n’y a pas au monde un seul peuple qui ne contienne une parcelle du nôtre [6] . » La Diaspora ne fut donc nullement un fait accidentel, produit d’une entreprise de violence [7] ; la raison essentielle de l’émigration juive doit être recherchée dans les conditions géographiques de la Palestine.

« Les Juifs en Palestine sont possesseurs d’un pays montagneux qui ne suf it plus à un certain moment à assurer à ses habitants une existence aussi supportable que celle de leurs voisins. Un tel peuple est forcé de choisir entre le pillage et l’émigration. Les Écossais, par exemple, s’engagèrent alternativement dans chacune de ces voies. Les Juifs, après de nombreuses luttes avec leurs voisins prirent aussi le second chemin… Des peuples vivant dans de telles conditions ne se rendent pas à l’étranger comme agriculteurs. Ils y vont plutôt en tant que mercenaires comme les Arcadiens dans l’Antiquité, les Suisses au Moyen Age, les Albanais à notre époque, ou en tant que marchands, comme les Juifs, les Écossais et les Arméniens. On voit donc qu’un milieu semblable développe chez des peuples de races dif érentes, les mêmes caractéristiques [8] . » 2° Il est indubitable que l’immense majorité des Juifs dans la dispersion s’occupaient du commerce. La Palestine elle-même depuis des temps fort reculés, constituait une voie de passage de marchandises, un pont entre la vallée de l’Euphrate et celle du Nil. « La Syrie était la grande route prédestinée des conquérants… C’était aussi la voie que suivaient les marchandises et celle par laquelle circulaient les idées. On comprend que dans ces régions se soit fixée de très bonne heure une nombreuse population avec de grandes villes vouées par leur situation même au commerce [9] .

» Les conditions géographiques de la Palestine expliquent donc à la fois l’émigration juive et son caractère commercial. D’autre part, chez toutes les nations, au début de leur développement, les commerçants sont des étrangers. « La caractéristique d’une économie naturelle, c’est que chaque domaine produit tout ce qu’il consomme et consomme tout ce qu’il produit. Rien ne pousse donc à acheter biens ou services chez autrui. Puisque dans cette économie, on produit ce qu’on consomme, nous trouvons chez tous les peuples comme premiers commerçants des étrangers [10] . » Philon énumère les nombreuses villes où les Juifs étaient établis comme commerçants. Il dit qu’ils « habitaient une quantité innombrable de villes en Europe, en Asie, en Libye, sur les continents et dans les îles, sur les côtes et à l’intérieur ». Les Juifs qui habitaient les îles comme le continent hellénique et plus loin à l’Occident, s’y étaient installés dans les buts commerciaux [11] . « En même temps que les Syriens se rencontrent les Juifs, éparpillés ou plutôt groupés dans toutes les villes. Ce sont des marins, des courtiers, des banquiers, dont l’influence a été aussi essentielle dans la vie économique du temps que l’influence orientale qui se décèle à la même époque dans l’art et dans les idées religieuses [12] .

» C’est à leur position sociale que les Juifs sont redevables de la large autonomie que leur octroyaient les empereurs romains. C’est aux Juifs seuls que l’on permit de constituer un État dans l’État et tandis que les autres étrangers étaient soumis à l’administration des autorités de la ville, ils purent se gouverner jusqu’à un certain point eux-mêmes… « César … favorisa les intérêts des Juifs d’Alexandrie et de Rome par des faveurs spéciales et des privilèges, et protégea en particulier leur culte spécial contre les prêtres grecs et romains [13] . » 3° La haine des Juifs ne date pas seulement de l’établissement du christianisme. Sénèque traite les Juifs de race criminelle. Juvénal croit que les Juifs n’existent que pour causer des maux aux autres peuples. Quintilien dit que les Juifs constituent une malédiction pour les autres peuples. La cause de l’antisémitisme antique est la même que celle de l’antisémitisme médiéval ; l’opposition de toute société basée principalement sur la production des valeurs d’usage à l’égard des marchands. « L’hostilité médiévale à l’égard des marchands n’est pas seulement d’inspiration chrétienne ou pseudo-chrétienne. Elle a aussi une source païenne, réelle celle-ci. Elle a de fortes racines dans une idéologie de classe, dans le mépris où les classes dirigeantes de la société romaine – tant les gentes sénatoriales que les curiales de province – ont, par tradition paysanne profonde, tenu toutes les formes d’activité économique autres que celles dérivant de l’agriculture [14] .

» Cependant, si l’antisémitisme était déjà fortement développé dans la société romaine, la situation des Juifs, comme nous l’avons vu, y était très enviable. L’hostilité des classes vivant de la terre à l’égard du commerce n’exclut pas leur état de dépendance à son égard. Le propriétaire hait et méprise le marchand sans pouvoir s’en passer [15] . Le triomphe du christianisme n’a pas apporté de notables changements à cet égard. Le christianisme, d’abord religion d’esclaves et d’opprimés, s’est rapidement transformé en idéologie de la classe dominante des propriétaires fonciers. C’est Constantin le Grand qui posa en fait les bases du servage médiéval. La marche triomphale du christianisme à travers l’Europe s’accompagne de l’extension de l’économie féodale. Les ordres religieux ont joué un rôle extrêmement important dans le progrès de la civilisation, qui consistait à l’époque dans le développement de l’agriculture basée sur le servage. Pourquoi s’étonner que « né dans le judaïsme, formé d’abord exclusivement de Juifs, le christianisme, ne trouve cependant nulle part durant les quatre premiers siècles, plus que chez eux, de dif icultés à acquérir des adeptes pour sa doctrine [16] ? » En effet, le fond de la mentalité chrétienne des dix premiers siècles de notre ère pour tout ce qui touche à la vie économique est « qu’un marchand peut dif icilement faire œuvre agréable à Dieu » et que « tout négoce implique une part plus ou moins considérable de duperie [17] . » La vie des Juifs semblait complètement incompréhensible à saint Ambroise qui vivait au IV° siècle.

Il méprisait profondément les richesses des Juifs et croyait fermement qu’ils en seraient punis de damnation éternelle. Il n’y a donc rien que de très naturel dans l’hostilité farouche des Juifs à l’égard du catholicisme et dans leur volonté de conserver la religion qui exprimait admirablement leurs intérêts sociaux. Ce n’est donc pas la fidélité des Juifs à leur foi qui explique leur conservation en tant que groupe social distinct, mais au contraire leur conservation en tant que groupe social distinct qui explique leur attachement à leur foi. Cependant comme l’hostilité antique à l’égard des Juifs, l’antisémitisme chrétien, aux dix premiers siècles de l’ère chrétienne, ne va pas jusqu’à la revendication de l’anéantissement du judaïsme. Tandis que le christianisme officiel persécutait sans miséricorde le paganisme et les hérésies, il tolérait la religion juive. La situation des Juifs ne cessait de s’améliorer à l’époque du déclin de l’Empire romain après le triomphe complet du christianisme et jusqu’au XII° siècle. Plus s’accentuait la décadence économique et plus le rôle commercial des Juifs gagnait de l’importance. Au X° siècle, ils constituent le seul lien économique de l’Europe avec l’Asie. 4° C’est seulement à partir du XII° siècle, parallèlement au développement économique de l’Europe occidentale, à l’accroissement des villes et à la formation d’une classe commerciale et industrielle indigène, que la situation des Juifs commence à empirer sérieusement, pour amener leur élimination presque totale de la plupart des pays occidentaux. Les persécutions contre les Juifs prennent des formes de plus en plus violentes.

Par contre, dans les pays de l’Europe orientale, retardataires, leur situation continue à être florissante jusqu’à une époque assez récente. Par ces quelques considérations préliminaires, on voit combien est fausse la conception générale qui règne dans le domaine de l’histoire juive. Les Juifs constituent dans l’Histoire avant tout un groupe social ayant une fonction économique déterminée. Ils sont une classe, ou mieux encore, un peuple-classe [18] . La notion de classe ne contredit nullement la notion de peuple. C’est parce que les Juifs se sont conservés en tant que classe sociale qu’ils ont aussi gardé certaines de leurs particularités religieuses, ethniques et linguistiques [19] . Cette identité de la classe et du peuple (ou de la race) est loin d’être exceptionnelle dans les sociétés précapitalistes. Les classes sociales s’y distinguent très fréquemment par un caractère plus ou moins national ou racial. « Les classes inférieures et les classes supérieures… ne sont, dans plusieurs pays, que les peuples conquérants et les peuples asservis d’une époque antérieure. La race des envahisseurs a formé une noblesse oisive et turbulente… La race envahie ne vivait pas des armes mais du travail [20] .

» Kautsky dit de même : « Des classes dif érentes peuvent acquérir un caractère racial spécifique. D’autre part, la rencontre de races dif érentes, dont chacune s’est spécialisée dans une occupation déterminée, peut avoir comme résultat que chacune de ces races occupe une position sociale dif érente au sein de la même communauté. Il peut se faire que la race devienne classe [21] . » Il y a évidemment une interdépendance continuelle entre le caractère racial ou national et le caractère de classe. La position sociale des Juifs a exercé une influence profonde, déterminante sur leur caractère national. S’il n’y a pas de contradiction dans cette notion de peuple-classe, il est encore plus facile d’admettre la correspondance de la classe et de la religion. Chaque fois qu’une classe parvient à un degré de maturité et de conscience déterminé, son opposition à la masse dominante revêt des formes religieuses. Les hérésies des Albigeois, des Lollards, des Manichéens, des Cathares et d’innombrables sectes qui pullulaient dans les villes médiévales, sont les premières manifestations religieuses de l’opposition croissante de la bourgeoisie et du peuple à l’ordre féodal. Ces hérésies ne se sont élevées nulle part au rang de religion dominante à cause de la faiblesse relative de la bourgeoisie médiévale. Elles ont été étouffées sauvagement dans le sang.

C’est seulement au XVII° siècle que la bourgeoisie, de plus en plus puissante, a pu faire triompher le luthérianisme et surtout le calvinisme et ses succédanés anglais. Tandis que le catholicisme exprime les intérêts de la noblesse terrienne et de l’ordre féodal, le calvinisme (ou puritanisme) ceux de la bourgeoisie ou du capitalisme, le judaïsme reflète les intérêts d’une classe commerciale précapitaliste [22] . Ce qui distingue principalement le « capitalisme » juif du capitalisme proprement dit c’est que, contrairement à ce dernier, il n’est pas porteur d’un mode de production nouveau. « Le capital commercial avait une existence propre et était nettement séparé des branches de production auxquelles il servait d’intermédiaire. » « Les peuples commerçants de l’Antiquité existaient comme les dieux d’Épicure dans les entrailles de la terre ou plutôt comme les Juifs dans les pores de la société polonaise. » « L’usure et le commerce exploitent un procédé déterminé de production qu’ils ne créent pas et auquel ils restent étrangers [23] . » L’accumulation de l’argent aux mains des Juifs ne provenait pas d’une forme de production spéciale, de la production capitaliste. La plus-value (ou surproduit) provenait de l’exploitation féodale et les seigneurs étaient obligés d’abandonner une partie de cette plus-value aux Juifs. De là l’antagonisme des Juifs et du féodalisme, mais de là aussi le lien indestructible qui existait entre eux. Comme pour le seigneur, le féodalisme était aussi pour le Juif sa terre nourricière.

Si le seigneur avait besoin du Juif, le Juif avait aussi besoin du seigneur. C’est en raison de cette position sociale que les Juifs n’ont pu s’élever nulle part au rôle de classe dominante. Dans l’économie féodale le rôle d’une classe marchande ne peut être que nettement subordonné. Le judaïsme ne pouvait être qu’un culte plus ou moins toléré [24] . Nous avons déjà vu que dans l’Antiquité, les Juifs possédaient leur juridiction propre. Il en était de même au Moyen Age. « Dans la société plastique du Moyen Age chaque classe d’hommes, de même qu’elle vit suivant sa coutume propre, possède sa juridiction spéciale. Par-dessus l’organisation judiciaire de l’État, l’Église a ses of icialités, la noblesse a ses cours féodales, les paysans leurs cours domaniales. La bourgeoisie, à son tour, acquiert des échevinages [25] . »

.

.

Télécharger le PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Telecharger Livre Gratuit ● PDF © 2021